LA PANERAI TRANSAT CLASSIQUE 2012, UNE TRANSAT DE LEGENDE

article paru dans Le Figaro

La première étape de la Panerai Transat Classique 2012 a emmené une première flotte de voiliers d’époque de Douarnenez à Cascais. Cette première épreuve pleine de rebondissement donne le ton de l’étape phare qui attend les participants : la traversée de l’Atlantique.

La flotte Atlantique a quitté le 22 juillet le port de Douarnenez, en Bretagne, pour rallier Cascais, au Portugal. La flotte Méditerranée à son tour larguera les amarres le 25 octobre depuis le port de Saint-Tropez direction Cascais. Puis, une fois réunis les voiliers toujours dans la course partiront le 2 décembre rejoindre La Barbade, aux Antilles.

Loin d’être une transat comme les autres, la Panerai Transat Classique 2012 est une course mythique : des voiliers quinquas, septuas et même octogénaires traverseront l’océan Atlantique. L’ainé de cette flotte, le Moonbeam IV fêtera en 2014 ses 100 ans. Bien que le défi soit toujours un peu risqué, ces unités ont été conçues pour affronter les mers agitées.

La première étape de la transat a été un succès pour ces « vieilles dames ». Les marins ont montré leur capacité d’adaptation et fait preuve de ténacité. C’est un « jeunot » qui a remporté cette première épreuve de ralliement, le voilier Persephone, un élégant Tina dessiné par Dick Carter en 1969. Le navigateur Pierre Follenfant a su mener son équipage, dont le propriétaire du navire Yves Lambert et deux autres équipiers, à la victoire.

Un succès inattendu pour Yves Lambert qui affirme : « C’est après notre long bord vers l’Ouest en passant le Cap Finisterre, quand nous avons enfin retrouvé du vent, que l’on a commencé à croire en nos chances. Le réglage des voiles a été alors notre seule préoccupation. C’est vraiment une superbe course, indécise jusqu’au bout. » Cette première victoire donne un ascendant psychologique à l’équipage du Persephone sur ses adversaires avant la « grande traversée » en décembre.
Dans la lignée des Transat classiques

Organisée par l’Atlantic Yacht Club, club français de voile, et l’Officine Panerai, fabriquant de montres de luxe cette transat promeut la culture de la voile classique. Elle s’inscrit dans la continuité de l’histoire des courses océaniques.

En 1866, l’Henrietta relia New York à l’île de Wight, en Angleterre, en 13 jours et 21 heures. Dès lors, les architectes et ingénieurs n’ont eu de cesse de développer des yachts toujours plus rapides et plus endurants afin de perfectionner l’art de la course transatlantique.

Les marins naviguant sur des voiliers d’époque doivent redoubler d’attention car il s’agit pour certains de véritables oeuvres d’art. Une traversée réussie avant tout une traversée où l’on se retrouve de l’autre côté de l’océan pour partager l’expérience avec d’autres passionnés de navigation. Il faudra donc savoir lever le pied le moment venu.

| Webmaster | Plan du site | Copyright Atlantic Yacht Club