FIFE VERSUS HERRESHOFF

Le 27 octobre 1910, le New York Times publie un court article intitulé FIFE VERSUS HERRESHOFF. La goélette ‘WESTWARD’ dessinée par Herreshoff navigue en Europe. Elle bat, pour ne pas dire humilie, tous les grands voiliers européens qu’elle affronte de Cowes à Kiel y compris ‘LULWORTH’ et ‘BRITANNIA’, le yacht du roi Georges V. Devant cette série de défaites, un yachtsman britannique inconnu annonce qu’il va demander à Fife de concevoir le bateau qui mettra un terme à la suprématie de la goélette américaine avant qu’elle ne reparte aux Etats-Unis. Ce bateau ne verra jamais le jour. Le 31 mars 2000, la goélette ‘ELEONORA’ réplique de ‘WESTWARD’ est mise à l’eau au chantier Vander Graaf en Hollande.

Westward (Nathanael Greene Herreshoff, 1910 - photography : Frank Beken)

Cet article illustre la rivalité entre les deux architectes. Elle avait commencé plus de vingt ans auparavant et marquera l’histoire de l’architecture navale.


En 1884, le cotre ‘CLARA’ dessiné par William Fife gagnera 17 des 21 régates auxquelles il participe avant de partir aux Etats-Unis où il battra tous les bateaux de la classe des 55 pieds. Puis en 1888, ‘MINERVA’ également dessiné par Fife écrasera tous ses adversaires américains pendant deux saisons consécutives.


En 1891, Herreshoff tire des enseignements importants des performances de ces deux bateaux dessinés par son rival écossais. Il dessine alors ‘GLORIANA’ un cotre de 71 pieds qui marqua un tournant important dans l’architecture des voiliers. Ce bateau est le premier à ne plus avoir un brion marqué. Ce développement des formes se poursuivra jusqu’à la création de ‘VALIANT’ vainqueur de l’America’s Cup en 1893 qui bat 3 manches à 0 le challenger britannique ‘VALKYRIE II’ dessiné par Watson pour Lord Dunraven.

Ironie du sort, Fife et Herreshoff s’affrontent deux fois lors des matchs de l’America’s Cup. En 1899, ‘SHAMROCK’ dessiné par Fife pour Sir Thomas Lipton est battu par ‘COLUMBIA’, conçu et construit par son rival. En 1903, ‘SHAMROCK III’ perdra face au monstre ‘RELIANCE’. Herreshoff se sera inspiré des bateaux de Fife pour améliorer les siens et les battre.


L’écossais William FIFE III [1], également connu sous le nom de William FIFE Junior, est le troisième d’une lignée d’architectes. Né en 1857 à Fairlie dans l’estuaire de la Clyde en Ecosse. C’est là que se trouve le chantier familial établit en 1790 par son grand père. Il y vivra jusqu’à sa mort en 1944.

En 1875, après ses études au Brisbane Academy et il fait son apprentissage au chantier familial. Alors âgé de 19 ans, il participe à la conception et à la construction de plusieurs yachts. Il souhaite élargir sa connaissance de l’utilisation du métal dans la construction. En 1878, il est engagé au bureau d’études des constructeurs Fullerton and Company à Paisley en Ecosse. Il y acquit une grande maîtrise de la construction mixte (composite en anglais) qui était en plein développement.

Les chantiers de la Clyde avaient acquis une grande maitrise de ce type de construction et construisirent ainsi de nombreux clippers. En 1885, le cotre ‘GENESTA’ fût le premier participant à l’America’s Cup avec une structure mixte, de nombreux autres suivirent. Les coques ainsi construites ont une charpente en acier avec des bordés en bois. Le forgeron joue alors un rôle aussi important que le charpentier. Ce type de construction permet d’obtenir une grande rigidité et une bonne stabilité dimensionnelle tout en réduisant le poids de la charpente. Des voiliers comme ‘MOONBEAM IV’ sont des exemples vivants de ce type de structure.

En 1881, Fife prend la direction du chantier Culzean Ship Building and Engineering qui appartient à son client le Marquis de Ailsa. La profondeur d’eau insuffisante devant le chantier de Fairlie ne permettait pas aux Fife de construire des navires de grande taille. Dans le chantier de Culzean, des coques jusqu’à 150 pieds furent lancées.

C’est à Culzean que fût construit ‘CLARA’, un cotre d’une longueur de 63 pieds pour une largeur de 9 pieds ! L’exemple même du ‘couloir lesté’ (plank-on-edge) qui impressionna tant les américains et inspira Herreshoff. C’est alors que naquit la notoriété internationale de Fife. Peu de temps après, le petit cotre ‘VAGRANT’ fut mis à l’eau. Ce voilier qui navigue toujours est, semble-t-il, le plus ancien survivant des bateaux dessinés par l’architecte écossais.

En 1886, Fife quitte définitivement Culzean pour se consacrer entièrement au chantier familial de Fairlie.

En 1887 lors de l’America’s Cup, William Fife accompagne George L. Watson qui est l’architecte du challenger britannique ‘THISTLE’ battu par le défendeur américain ‘VOLUNTEER’. Fife rencontrera à cette occasion de nombreux futurs clients et amis.

En 1888, le new-yorkais Charles Tweed lui commande à Fife le célèbre cotre ‘MINERVA’ qui impressionna tant les américains. La même année, après le succès du 20 Rater ‘DRAGON’, Fife décide d’utiliser un dragon stylisé comme emblème. Le dragon d’or devient alors la marque de fabrique de l’architecte écossais. Il sera sculpté à l’étrave de tous ses bateaux.

Plus de 800 voiliers seront construits à Fairlie, on estime qu’une centaine existe encore dont une cinquantaine navigue.


Nathanael Green Herreshoff est né en 1848 à Bristol sur les bords de la baie de Narragansett dans l’état de Rhode Island non loin de Newport. C’est là qu’il concevra et construira la plupart des bateaux qui le rendront célèbre. Celui qu’on surnomme ‘Le Sorcier de Bristol’ a obtenu son diplôme d’ingénieur en mécanique au M.I.T. (Massachusetts Institute Technology) en 1870. En 1878, il fonde The Herreshoff Manufacturing Company avec son frère John Brown qui est aveugle. Ils deviennent rapidement connus pour les yachts et torpilleurs rapides qu’ils construisent et sont propulsés par des machines à vapeur.

Mais au début des années 1890, lui qui a toujours navigué à la voile, décide de se consacrer à la conception des voiliers. Dès le début, il dessine quelques bateaux d’avant-garde pour son époque. Ainsi en 1892, le sloop ‘CHICO’ a une coque large et peu profonde avec des appendices inédits pour l’époque : une quille à bulbe avec un aileron trapézoïdale et un safran suspendu. En 1876, il conçoit un catamaran de 25 pieds ‘AMARYLIS’ qui révolutionne le monde du yachting de l’époque .

En 1893, ‘Captain Nat’ comme on l’appelle aussi, est lui-même à la barre de ‘VALIANT’, le bateau qu’il a dessiné et qui défendra avec succès la Coupe de l’America face au challenger britannique ‘VALKYRIE II’.

Des centaines de voiliers de toutes tailles sortiront du chantier de Bristol, aujourd’hui partiellement disparu, mais sur le site duquel il existe aujourd’hui le musée Herreshoff ( [2]). C’est dans ce chantier que seront construits tous les vainqueurs de l’America’s Cup de 1893 à 1934 ! Parmi eux, le célèbre ‘RELIANCE’ y est assemblé dans le plus grand secret. C’est le bateau de tous les excès, le plus grand sloop jamais construit pour courir l’America’s Cup. Sa longueur hors-tout est de 43.7 mètres et sa surface de voilure dépasse 1500 m². Il a coûté 175.000 dollars de l’époque. Il naviguait avec un équipage de 64 hommes ! Sa structure est un savant mélange de bronze, d’acier et d’aluminium. Rapidement rongé par la corrosion galvanique, il sera détruit deux mois après avoir défendu la Coupe avec succès pour le compte du New York Yacht Club. Ce ‘monstre’ sonna la fin de la Jauge Seawanhaka tant décriée par Herreshoff. En 1904, elle est remplacée par la Jauge Universelle. Cette règle de jauge créée par Herreshoff donna naissance aux Classes J.

Alors que William Junior sera le dernier de la lignée de Fife, Nathanael Herreshoff sera le premier de plusieurs générations d’architectes navals qui lui succéderont. Son fils Francis dessinera également quelques remarquables bateaux dont le célèbre ‘TICONDEROGA’. Son petit-fils Halsey qui anime aujourd’hui le Musée Herreshoff est lui même architecte et a participé à plusieurs Coupe de l’America, notamment comme navigateur à bord de plusieurs défendeurs américains. Comble d’ironie, il était à bord de ‘LIBERTY’ en 1983 quand les Américains perdirent la Coupe après 132 ans de domination sans partage.

Malgré sa formation d’ingénieur, Herreshoff a toujours ‘sculpté’ des demi-coques de ses bateaux avant d’en relever les cotes avec une machine qu’il avait lui-même conçue et fabriquée. Cotes qui étaient ensuite soigneusement notées dans un petit carnet que Captain Nat remettait à celui qui avait la lourde responsabilité de tracer les formes en grandeur.

Herreshoff réalisera néanmoins plus de 18.000 plans dont la plus grande partie est aujourd’hui conservés au MIT par la Hart Nautical Collections

Parmi les bateaux dessinés par Herreshoff, le plus connu en Méditerranée est sans doute la goélette ‘MARIETTE’. Sans oublier le New York 30 ‘ORIOLE’ et le New York 40 ‘ROWDY’ dont le propriétaire anima les défis britanniques dans les années 80.

Les deux architectes joueront un rôle prépondérant dans la création et le développement des règles de jauges. A la demande du New York Yacht Club, Herreshoff crée la Jauge Universelle. Elle donnera naissance à plusieurs séries dont les célèbres New York 30 et New York 40

Après l’adoption de la Jauge Métrique ou Jauge Internationale (J.I.) en 1906, Fife concevra et construira un grand nombre de voiliers de toutes catégories y compris des 15 et 19 m J.I comme ‘TUIGA’, ‘HISPANIA’, ‘MARIQUITA’ et ‘CAMBRIA’. Les plus grands voiliers de régate construits à Fairlie, entre 1907 et 1908, sont les 23 m J.I. ‘SHAMROCK’ et ‘WHITE HEATHER’.

De nombreux propriétaires dans le monde entier demandent alors à Fife de dessiner et construire des voiliers de la jauge métrique, tant à Fairlie, que dans d’autres chantiers. Fife dominera la série des 6 m J.I à tel point que Charles E. Nicholson parlera à l’époque de la Fife Class.

Les plans de voiliers dessinés par William FIFE ont été soigneusement répertoriés et sont aujourd’hui conservés par Duncan Walker et William Collier de Fairlie Restorations à Hamble au sud de l’Angleterre.

Ces deux architectes, connus pour leurs réalisations spectaculaires dont les voiliers de l’America’s Cup, dessineront de nombreux petits bateaux qui feront la joie de leurs propriétaires. Sans doute parce que ces grands architectes aimaient eux-mêmes naviguer.

C’est ainsi qu’en 1912 à l’âge de 64 ans, Captain Nat dessine et fait construire pour lui un sloop de 26 pieds. Tous les étés jusqu’en 1928, il naviguera seul quasiment tous les jours à bord de ce bateau . Ce petit dériveur lesté nommé ‘ALERION III’ donnera naissance à toute une lignée de bateaux plus élégants les uns que les autres dont les célèbres Buzzard Bay 12 ½ et 25, S Class, New Bedford 29 et autres Fish Class. La grande particularité de ces voiliers est leur étrave (The Herreshoff Bow) avec ses inversions de courbe caractéristiques. ‘ALERION III’ a été restauré. Il est aujourd’hui exposé au musée de Mystic Seaport dans le Connecticut.

En 1921, Fife à 65 ans, il dessine et construit pour lui un sloop de 14 m ‘CLIO’ avec lequel il régate dans la nouvelle série des Clyde 30 pieds. Ce voilier a été restauré et navigue toujours.

William FIFE, le maître incontestable de la Jauge Internationale, dessinera également un certain nombre de voiliers de croisière particulièrement confortables et marins. Ils feront tous le plaisir de leurs armateurs. Parmi eux, la goélette ‘ALTAÏR’ et le ketch aurique ‘KENTRA’ qui après avoir fait un mémorable tour du monde avec ses propriétaires, est aujourd’hui désarmé à Fairlie non loin de là où il a été construit en 1937.

Fife n’a jamais sacrifié l’esthétique de ses bateaux. L’harmonie et la grâce des formes des coques qu’il a dessinées restent incomparables. Notamment, l’équilibre entre les élancements et la tonture reste inégalé. La qualité des bateaux construits à Fairlie est également remarquable.

L’étude de l’évolution des carènes dessinées par ces deux architectes navals, permettrait de comparer les deux écoles d’architecture navale, américaine et britannique, qui se sont affrontées à la fin du 19ème et au début du 20ème siècle. Cette étude sortirait largement du cadre de cet article et nous nous contenterons simplement de rappeler quelques principes simples.

Les bateaux américains de cette époque étaient généralement beaucoup plus larges que les bateaux britanniques. Les bateaux britanniques souvent appelés ‘couloirs lestés’ (aussi connus sous les noms de Plank-on-egde ou six-beamers) étaient très étroits avec des quilles profondes et un lest important. Les voiliers américains étaient souvent des dériveurs larges et peu profonds, avec du lest intérieur, dont la stabilité initiale pouvait laisser penser qu’ils étaient stables. Quelques chavirages spectaculaires démontrèrent les limites de ces bateaux.

Au niveau des gréements, on a vu apparaître au milieu du 19ème siècle sur certains bateaux américains des gréements bermudiens alors que les bateaux britanniques conservaient encore leurs gréements auriques.

Columbia vs Shamrock (1899)

Les bateaux de Fife et Herreshoff se seront donc affrontés pendant une cinquantaine d’années, entre la fin du 19ème et le début du 20ème siècle, sur les plans d’eau du monde entier. En s’inspirant mutuellement, ils ont rapidement fait progresser l’architecture navale des voiliers en associant les enseignements des écoles américaines et britanniques.

‘Le Dragon de Fairlie’ aurait pu ramener l’America’s Cup en Europe mais les voiliers conçus par le génial ‘Sorcier de Bristol’ demeuront invaincus de 1893 à 1920. Quant au prix de l’élégance, il serait injuste de ne pas l’attribuer à William Fife III.

Eric A. Ogden

[1William Fife (Fr) (En) (Photos)

| Webmaster | Plan du site | Copyright Atlantic Yacht Club